Representation nationale

Les Institutions de Recherche

Vidéothèque

Université Ouaga II: Lancement officiel des Classes Préparatoires d’entrée dans les Grandes Ecoles(CPGE)

FormatFactoryDSC 0889Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Alkassoum MAIGA a présidé, ce lundi 27 novembre 2018, la cérémonie de lancement officiel des activités des Classes Préparatoires d’entrée dans les Grandes Ecoles(CPGE). Située à Ouaga 2000, cette école accueil les meilleurs élèves admis au baccalauréats des séries scientifiques.

Née de l’initiative du gouvernement burkinabè, les classes préparatoires ont pour vocation de doter le Burkina Faso d’une mains d’œuvres qualifiées à travers une formation de pointe surtout dans le domaine des sciences et de la technologie.

Dans son allocution, le Pr Adjima THIMBIANO, président de l’Université Ouaga II, à laquelle l’école est rattachée a salué la présence des premiers responsables du ministère. Pour lui, ce déplacement de Monsieur le Ministre est la preuve de l’importance que les plus hautes autorités du pays accordent à cette école.FormatFactoryDSC 0750

Les Classes Préparatoires d’entrée dans les Grandes Ecoles assurent une formation de très haut niveau d’une durée de deux ans à l’issu des quelles les étudiants peuvent intégrer des grandes écoles dans les secteurs de la science de la technologie de l’économie et des finances a indiqué le Pr THIOMBIANO. Les étudiants sont recrutés parmi les meilleurs lauréats des bac séries C, D et E de toutes les régions du Burkina Faso. Afin de les préparer aux conditions d’études dans les grandes écoles internationales, ils sont soumis à un rythme intensif et rigoureux de formation. Les professeurs quant à eux sont sélectionnés parmi les meilleur dans leurs domaines et surtout pour leur expérience en rapport avec les classes préparatoires.

Faisant allusion aux conditions d’apprentissage, le président de l’Université Ouaga II a souligné que chaque étudiant bénéficie d’une bourse et d’un ordinateur portable. Les salles de classes ainsi que les laboratoires sont équipées de matériel à la pointe de la technologie et une bibliothèque bien fourni pour les besoins de recherches. En rappel, le premier contingent a débuté les cours le 1er octobre 2017 avec un effectif de 66 étudiants. Pour cette rentrée 2018-2019, l’école a recruté 90 étudiants après un processus de sélection rigoureuse.FormatFactoryDSC 0962

« Ces classes devraient mettre à la disposition du pays, des hommes capables de privation afin de réfléchir sur le développement de la nation », c’est ce qu’affirmé le Pr Alkassoum MAÏGA, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation. Pour le ministre, les classes préparatoires constituent le maillon d’excellence qui manquait à l’enseignement supérieur, en ce sens que la transformation structurelle de l’économie mentionné dans le PNDES, repose sur la formation de ressources humaines qualifiées, capable de développer les secteurs clés de notre économie.

De ce fait, le Pr Alkassoum MAÏGA a remercié les parents des étudiants qui ont eu confiance à ce programme au détriment de leur projet personnel. « Alors, le gouvernement à travers mon département s’engage à tout mettre en œuvre pour la réussite de ces apprenants qui fera certainement le bonheur de leur famille et celui du pays tout entier », a-t-il indiqué. Des efforts sont faits afin que ces étudiants soient aptes à la compétition au bout des deux ans pour l’accès dans les grandes écoles de technologie en Afrique, en Europe et partout dans le monde entier. Pour cela, le ministre interpelle les responsables du Centre national d’Information et d’Orientation Scolaire, Professionnelle et des Bourses (CIOSPB) afin que tous ceux qui seront admis dans ces grandes écoles puissent bénéficier des bourses de l’Etat quel que soit le pays d’accueil.FormatFactoryDSC 1034

Toujours dans l’esprit de doter le pays de cadres compétents, le ministère a créé l’école polytechnique de Ouagadougou (EPO) dirige par le Dr Gouahali SON qui recrutera ceux qui n’auront pas réussi à leur test d’entrée dans les grandes écoles à l’étranger. Ils pourront ainsi continuer leur formation dans cette école de technologie où seront développées des filières comme le textile, l’électricité, les mines, le numérique etc en partenariat avec les ministères concernés. L’école polytechnique de Ouagadougou est aussi une école d’élite d’où l’importance de lui rattacher les classes préparatoires.

« Tout ce dispositif, ses salles de classe, laboratoires de physiques, de chimie, biologie et autres sont à la pointe de la technologie afin d’assurer une formation de qualité aux étudiants. Preuve de l’ambition réelle des décideurs de varier non seulement la formation au supérieur et de transformer notre économie de façon structurelle », a confié le Pr MAÏGA au terme de sa visite guidée dans les locaux des CPGE.

DCPM/MESRSI