Representation nationale

Les Institutions de Recherche

Vidéothèque

Visite commentée du projet SAPEP : les producteurs semenciers se partagent les expériences

Le Secrétaire d’Etat chargé de la recherche scientifique et de l’innovation a effectué une visite commentée des parcelles de production semencières du Programme d’Amélioration de la Productivité Agricole des Petits Exploitants pour l’Afrique Sub-saharienne (SAPEP). C’était le vendredi 25 octobre 2018 dans les localités de Bondonkouy et Ouakoye dans la boucle du Mouhoun.

Permettre aux producteurs des 12 provinces dans lesquelles intervient le projet SAPEP de mieux se familiariser en vue d’échanger et de se partager les expériences. Tel était l’objectif de la visite commentée des parcelles du projet SAPEP dans la Boucle du Mouhoun. A cet effet, chaque province a été représenté par deux producteurs semenciers et un responsable d’encadrement agricole.

La visite a commencé avec le site de production semencière de Maïs du producteur Lamoussa TAMINI dans la commune de Bondoukuy. D’une superficie totale de 5 hectares, la variété de maïs utilisée sur le site de monsieur TAMINI est le FBC6. Avec le respect de l’itinéraire technique dans les différentes étapes de la production, l’estimation de la vente du produit de ce site s’élève à 5 250 000 F CFA. Les charges de la production, elles sont de 1 246 000 F CFA. D’où une estimation en bénéfice de 4 004 00 F CFA.

La seconde visite a concerné la parcelle de production semencière de 10 hectares de riz des producteurs Seydou BONZY et Dofini BONZY, située dans la commune de Ouarkoye.  L’estimation de la vente du produit est de 17 500 000 F CFA, contre une charge de 4 113 500. Soit un bénéfice estimatif de 13 386 500 F CFA.

Selon ces producteurs semencier les contraintes majeures rencontrées dans la mises en œuvre du projet sont entre autres, l’arrivée tardive des intrants, le manque de magasin de stockage et d’aire de séchage, l’accès difficiles aux engrais de bonne qualité sur le marché et les difficultés d’écoulement des productions.  Ils ont néanmoins pris l’engagement d’étendre à d’autres spéculations la saison prochaine.

Au terme de chaque visite, les producteurs semenciers échangés sur les difficultés, les atouts et perspectives liés à la production de semences certifiées de qualité. Ainsi monsieur Mahamoudou TASSAMBEDO de la province de la sissili s’est réjoui de la tenue de cette visite commentée. Pour lui, de nombreuses leçons ont été tirées de ces expériences. Il en veut pour preuve l’engouement des producteurs dans le travail, l’application de nouvelles techniques agricoles, le respect et le suivi de l’itinéraire technique indiqué par les encadreurs agricoles.

SAPEP5

Le Secrétaire d’Etat, Dr Urbain COULIDIATI a salué l’esprit d’équipe des producteurs semenciers de la boucle du Mouhoun et a invité tous les acteurs à mieux s’organiser pour l’atteinte de l’objectif du projet qui est d’accroitre la productivité agricole des petits exploitants. Il a par ailleurs, rassuré les producteurs de la prise en compte de leurs préoccupations dans les différences composantes du projet.

Quant au coordonnateur du projet SAPEP, Dr Sibiri Jean-Baptiste TAONDA, ces expériences sont très édifiantes et vont permettre d’approvisionner les autres producteurs de la localité en semences améliorées certifiées pour une grande productivité et l’amélioration de leur revenu.

Sur la question de l’écoulement des produits, Dr TAONDA dira qu’à terme la production se fera en fonction du besoin. Egalement, des mesures seront mises en œuvre pour faciliter l’écoulement de la production de semences à travers les producteurs qui font la production alimentaire. « Aussi les producteurs seront mis en contact avec les entreprises semencières en vue de commercialiser leurs semences dans d’autres régions et à l’extérieur du Burkina », a-t-il indiqué.

SAPEP6

Il faut noter que le projet SAPEP est financé par la Banque Islamique de Développement (BID) à hauteur de 7 670 000 000 de francs CFA dont une contrepartie nationale de 585 million de francs CFA. Approuvé en 2012 pour une durée de 5 ans, le projet a bénéficié d’une rallonge. Il est prévu pour prendre fin en 2021.

En rappel, en début octobre, le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation a effectué une visite des sites d'expérimentation du projet dans les localités de Nariou, Sabou et Saria.

DCPM/MESRSI